Archives de Catégorie: Photography

Retour aux sources

7630_151943824836_566604836_2426301_7644253_n@Puku

7630_151943929836_566604836_2426318_3364918_n@Puku

10334_151939754836_566604836_2426279_7682134_n@Chen

10334_151939644836_566604836_2426264_5577376_n@Chen

10334_151939694836_566604836_2426273_7445224_n@Chim Xanh

10334_151939764836_566604836_2426280_5471243_n@Puku

7630_151943904836_566604836_2426314_7062103_n@La Place

7630_151943954836_566604836_2426323_4347567_n@La Place

7630_151943889836_566604836_2426311_5893597_n@La Place

7630_151943959836_566604836_2426324_2322158_n@La Place

7630_154971029836_566604836_2447486_466496_n@Angelina Bar

7630_154971034836_566604836_2447487_5710128_n@Angelina Bar

7630_154971164836_566604836_2447502_4515496_nTraffic in Hanoi

View from @PapaJoe

7630_154971199836_566604836_2447508_7632409_nFood at @Changi Airport

7630_154971189836_566604836_2447507_5620155_n

7630_154971214836_566604836_2447509_1724837_n

7630_154971184836_566604836_2447506_6788609_n

7630_154980339836_566604836_2447711_2499006_n@Butterfly Garden

ça fait un mois que je n’ai pas touché à ce blog, mille pardon à vous, mes très chers lecteurs. Surtout que quand je vois dans les statistiques du blog, il y a toujours beaucoup de views chaque jour, je me dis qu’il est temps de faire mon come back. L’excuse « je suis débordée » sonne comme un cliché néanmoins c’est vrai. Mais je vous promets que je ferais désormais des efforts pour publier des posts régulièrement dans les temps à venir.

Je suis partie en vacances au Vietnam pendant 2 semaines (ce qui explique aussi mon absence). ça m’a fait un bien fou de retrouver mes repères là bas, de profiter du soleil et du beau temps (il faisait 32°C à Hanoi), de ralentir le rythme de vie et surtout, profiter de ceux qui me sont chers.

Voici quelques photos en vrac pour vous faire profiter de mon beau voyage si vous n’avez pas eu la chance de partir comme moi. Le Vietnam est mon pays d’origine, c’est un très beau pays, les gens sont chaleureux et vous accueillent les bras ouverts. Je suis une experte des bons plans là bas donc si jamais vous pensez y aller, n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail pour que je vous file mes contacts et mes adresses.

It has been one month since I touched this blog, one thousand times forgiveness, my very dear readers. Especially when I see in the statistics of the blog, there are always many of views every day, I say to myself that it’s time to make my come back. The excuse  » I am very busy » is soo cliché nevertheless it’s true. But I promises that I would make henceforth efforts to publish posts regularly in time to come.

I went on holiday in Vietnam during 2 weeks (what also explains my absence). That made me feel so good to find my marks there low, to take advantage of the sun and the good weather (it’s 32 degrees in Hanoi), to slow down the rhythm of life and especially, take advantage of those who are dear to me.

Here are some photos of my beautiful journey to share with you  if you weren’t lucky to leave as me. Vietnam is my country of origin, it’s a very beautiful country, people are warm and you’re welcome in open arms. I am an expert of  good plans there low so if ever you think of going there, don’t hesitate to send me a small e-mail then I spin you my contacts and my addresses.

Publicités

Initial B.B

bardot 1

Au lendemain du 75è anniversaire de Brigitte Bardot, l’Espace Landowski présente, jusqu’au 31 janvier 2010 à Boulogne – Billancourt (Hauts-de-Seine), la toute première exposition consacrée au mythe B.B.

On the occasion of Brigitte Bardot’s 75th anniversary, presents, until January 31st, L’Espace Landowski presents, until January 31st 2010 in Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), the very first exhibition dedicated to the myth B.B.

bardot 2

Réalisée grâce au soutien de Mme Bardot et aux prêts de collectionneurs, d’institutions ou d’artistes internationaux, l’exposition met en scène sur les 900m2 de L’Espace Landowski des années « insouciance » de celle qui fascina le monde des années 1950 et 1960.

Thanks to Mrs Bardot’s support and to loans of collectors, institutions or international artists, the exhibition stages on the 900m2 of L’Espace Landowski of the years « carelessness » of the one who fascinated the world of the 50’s and 60’s.

bardot 3

Véritable mythe et sex-symbole, Brigitte Bardot incarne aussi la libération de la femme. Loin de masquer les contradictions et des rébellions de celle qui déchaîna les passions les plus folles, l’exposition s’attache à faire revivre l’intensité et la beauté du véritable phénomène de société qu’elle a représenté.

Real myth and sex-symbol, Brigitte Bardot also embodies the Women’s Liberation. Far from masking the contradictions and rebellions of the one who unchained the most crazy passions, the exhibition attempts to make relive the intensity and the beauty of the real phenomenon of society which she represented.

bardot 4 bis

Brigitte Bardot, qui a refusé pour l’occasion d’être photographiée ou filmée, aborde sans nostalgie mais avec fierté cet évènement monté par le journaliste Henry-Jean Servat, ami intime de la star et commissaire général de l’exposition.

Brigitte Bardot, who refused for the occasion to be photographed or filmed, approaches without nostalgia but with pride this event prepared by the journalist Henry-Jean Servat, the bosom friend of the star and commissioner of the exhibition.

bardot 5

« J’ai connu ces temps derniers une longue traversée du désert pendant laquelle j’ai été boycottée et maltraitée. S’il y a donc, aujourd’hui, une autre façon de me considérer, tant mieux », lui a-t-elle raconté dans un interview à Paris Match.

 » I have  been through the wringer during which I was boycotted and mistreated. If there is thus, today, another way of considering me, so much the better « , she told him in an interview for Paris Match.

bardot 6

« On ne découvre seulement pas suelement Bardot : on découvre aussi une époque, celle de la France des années 1950, du président René Coty et de la soupe aux choux. On comprend d’autant mieux pourquoi BB a changé les codes de la morale », explique Henry-Jean Servat.

 » We don’t only discover Bardot : we also discover an epoch, the French of the 50’s, president René Coty and cabbage soup. We understand all the better why BB changed the codes of the morality « , explains Henry-Jean Servat.

bardot 7

Nous racontons ici l’histoire d’une femme qui cherche sans cesse à dompter son époque en faisant toujours suivant ses désirs et ses envies », ajoute-t-il.

We tell here the story of a woman who tries ceaselessly to tame her epoch always by making according to her desires and her envy « , he adds.

bardot 8

Plus de 1000 photos, affiches, extraits de films et objets personnels sont présentés pour la première fois. Parmi eux, la célèbre robe de mariée en Vichy rose et la serviette rose de BB.

More than 1000 photos, posters,  films extracts and personal objects are presented for the first time. Among them, the famous bridal dress in pink Vichy and the pink towel of BB.

bardot 9

Autre aspect de la star présenté lors de l’exposition : ses amours. BB a pris dans ses griffes Roger Vadim, Samy Frey, Jacques Charrier (qui lui donna un fils), Serge Gainsbourg, Gilbert Bécaud ou encore Jean-Louis Trintignant.

Other aspect of the star presented during the exhibition : her lovers. BB took in her claws Roger Vadim, Samy Frey, Jacques Charrier (who gave her a son), Serge Gainsbourg, Gilbert Bécaud or Jean-Louis Trintignant.

bardot 10

Credit photo : Le Monde

On a souvent comparé Kate Moss à Brigitte Bardot. Mais si les gens voient cette ressemblance dans la chevelure crêpée retenue en chignon lâche, la marinière et le mini short, les cuissardes, le vichy.. moi je la vois surtout dans leur attitude. Il y a comme une sorte de magnétisme qui émanne d’elles qui les rend si irrésistible, si unique. Peut-être c’est ce fameux « je-ne-sais-quoi ».

Quand on les regarde, on voit une femme sulfureuse, volcanique, provocante, dangereuse… mais on ne peut pas s’empêcher de les admirer, les aimer, les idolâtrer. Jamais Bardot ne s’excusera d’être ce qu’elle est. Tout comme l’Anglaise qui refuse obstinément de jouer les repenties,même lors du scandale Cocaïne Kate. Cette dernière a déclaré « What people say isn’t going to stop me. I have to do things for myself « .  Ces deux- là laissent flotter derrière elles un parfum de soufre dont la mode, sans l’avouer, aime à s’enivrer.

We often compared Kate Moss to Brigitte Bardot. But if people see this resemblance in the chignon, the smock and the mini short, the waders, the Vichy…  I see it especially in their attitude. There is as a kind of magnetism which emanates of them which makes them so irresistible, so unique. Maybe it it is famous « je-ne-sais-quoi « .

When we look at them, we see a sulphurous, volcanic, provocating, dangerous woman but we cann’t refrain from admiring them, from loving them, from worshipping them. Bardot never will apologize for being what she is. Quite as Kate the English who refuses stubbornly to play the penitents, even during the scandal Cocaine Kate. This last one declared  » What people say isn’ t going to stop me. I have to doh things for myself « . These both there let float behind them a flavor of sulfur on which the fashion, without admitting it, likes getting drunk.

Kate Moss for Vogue US in Good Morning Vietnam

2576297375_2

Je me rappelle encore de cette série de photo réalisée en 1996. La première fois que j’ai vu les photos, je suis restée scotcher devant la beauté innocente de Kate Moss. J’étais encore en primaire à l’époque et je n’ai absolument pas ce qu’on appelle la culture de la mode. Mais pour le peu que je comprenais, cette série de photo m’a captivé, hypnotisé, magnétisé. Kate Moss me fascine tout simplement. Si on la connaît souvent par ses côtés rock, sex & drugs, elle est tout simplement une jeune fille ingénue dans cette série. Comment ne pas tomber amoureux de ses yeux de biches et son air pur et angélique ?

La preuve que ces photos me hantent encore jusqu’à aujourd’hui, mais incapable de les retrouver sur Internet. Et le Vogue US 1996 est introuvable sur Ebay. J’en rage ahhh!!! Je suis autant plus attachée à cette série car elle a été photographiée au Vietnam, mon pays d’origine et par un photographe vietnamien ( si mes souvenirs sont bons mais je crois bien que oui lol).

La seule photo que j’ai trouvé c’est celle là. Kate Moss, assise à l’arrière d’un scooter, est toujours aussi à l’aise pour poser. La fille qui la conduit est une comédien / mannequin vietnamienne très connue à l’époque.

Je suis à la recherche de cette série, donc si vous aviez une idée comment je peux trouver ces photos,  n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Je vous serai trèèèèès reconnaissante !!xxx


I still remember this series of photo realized in 1996. The first time when I saw those photos, my eyes can’t leave the page, in front of the beauty innocent of Kate Moss. In the time,  I was still in primary school and I absolutely haven’t this thing we call “the culture of  fashion”. But for the few that I understood, this series of photo captivated, hypnotized and magnetized me. Kate Moss simply fascinates me. If we often know her by her rock, sex and drugs’ attitude, she is simply an unsuspicious girl in this series. How not to fall in love with her doe eyes and her pure and angelic air.

The proof that these photos haunt me even until today, but incapable to find them on Internet. And the Vogue US 1996 is untraceable on Ebay. I fume ahhh !!! I am so much more attached to this series because it was photographed in Vietnam, my country of origin and by a Vietnamese photographer (if my memorie are good but I really think soo lol).

The only photo I found is the one here. Kate Moss, sat behind a scooter, feels at ease always also to pose. The girl who drives her is a very famous vietnamese comedian /  model in the time.

I am in search of this series, thus if you had an idea how I can find these photos, do not hesitate to leave me a comment. I’m veryyyy grateful to you!! xxx

Mad in France // au pays de Candice

mad in france 1

Pour les besoins de « Mad in France », le troisième numéro de la revue du collectif Tendance floue, le photographe Olivier Culmann a pris la route. Direction : le sud. En chemin, il a croisé la blonde Candice. Voici leur road-movie.

For the needs of  » Mad in France « , the third number of the review of the collective Vague Tendency, the photographer Olivier Culmann set off. Direction : the South. Along the way, he crossed the blonde  Candice. Here is their road-movie.

mad in france 2

Olivier : « Je ne voulais rien prévoir. Je suis parti vers le sud, par hasard. J’ai rencontré Candice le premier soir. Le lendemain, nous roulions ensemble. »

Candice : « J’avais presque fini mon service au Buffalo Grill. Y’avait personne, à part un type bizarre, tout seul. Il m’a prise en photo, il disait qu’il était arrivé ici par hasard, en lançant des dés : 1 pour le sud, 2 pour le nord. J’ai voulu essayer, j’ai tiré le 1. Et je suis partie avec lui ».

Olivier:  » I wanted to plan nothing. I left southward, by chance. I met Candice first evening. The next day, we drove together.  »

Candice:  » I had almost finished my service in Buffalo Grill. There was nobody, except for a bizarre, alone type. He photographed me, he said that he had arrived here by chance, by throwing dices: 1 for the South, 2 for the North. I wanted to try, I pulled 1. And I left with him « .

mad in france 3

Olivier : « Nous avons vu un magnifique spectacle de danse brésilienne. Candice n’a pas du tout aimé. »

Olivier:  » we saw a magnificent show of Brazilian dance. Candice didn’t like that at all. »

mad in france 4

Olivier : « En Sologne, sur la route de Lamotte-Beuvron, je lui ai fait visiter la forêt de mon enfance. Mais les monstres qui l’habitaient ont tous été tués. Enfin, presque tous. »

Olivier:  » In Sologne, on the road of Lamotte-Beuvron, I made her visit the forest of my childhood. But the monsters which lived in it were all killed. Finally, almost all. « 

mad in france 5

Olivier : « A la foire de Nevers, nous avons failli acheter une piscine pour notre future maison. Mais elles étaient trop chères. »

Olivier: « At the fair of Nevers, we almost bought a swimming pool for our future house. But they were too expensive. « 

mad in france 6

Olivier : « Candice voulait aller à Disneyland. Mais en repartant de Nevers, la voiture est tombée en panne. Nous sommes restés bloqués sur la place pendant trois jours. »

Olivier:  » Candice wanted to go to Disneyland. But by leaving Nevers, the car fell out of order. We remained blocked on the place during three days. « 

mad in france 7

Olivier : « Nous sommes allés au supermarché à Vierzon, dans le Cher. Candice voulait du démêlant, du rouge à lèvres, du champagne, une culotte en dentelle, des oranges sanguines, des chewing-gums. Pour une french manucure, nous n’avons plus d’argent. Elle était très déçue. »

Olivier:  » We went to the supermarket to Vierzon, in the Cher. Candice wanted the hair conditioner, the lipstick, some champagne, a lace panties, blood oranges, chewing-gums. For a french manicure, we don’t have money anymore. She was very disappointed. « 

mad in france 8

Candice : « Je voulais une french manucure, mais on n’avait plus d’argent. Là on s’est vraiment engueulés. »

Candice:  » I wanted a french manicure, but we did not have money anymore. There we quarrelled seriously. »

mad in france 9

Candice : « On s’est réconciliés. Et le lendemain, il n’était plus là. »

Candice : « We are reconciled. The next day, he wasn’t there anymore. »

mad in france 10

Olivier : « Candice est partie cette nuit-là, après une dispute. Ou peut-être était – ce moi. Je ne sais plus. »

Olivier:  » Candice left this night, after a quarrel. Or maybe was I. I don’t know any more. « 

Source : Le Monde 2

Photographer : Olivier Culmann


[ This sad story nevertheless began well. I don’t understand why we always have to flunk all what we begin. We doubt, we tear, we hurt. At the end, we don’t know any more why we are there. A lot of courage is needed to love. Give without waiting for anything on the way back… ]

Paris sous la pluie

paris in the rain 1

paris in the rain

Il y avait quelques jours, toute enthousiaste, j’envoie le lien de mon blog à une copine. Elle est douée pour la photo et a beaucoup plus d’expérience que moi donc je souhaite avoir son avis.

Froidement elle me fait comprendre que mes photos ne valent pas grande chose. Je lui demande calmement comment je peux m’améliorer malgré un pincement au cœur. Des conseils du genre « pourquoi tu n’as pas pris la photo à cet angle, change la structure de ta photo ».. plutôt des ordres et de mépris que de conseils.

Je m’en tape que mes photos ne soient pas un chef d’œuvre, elles ne le seront jamais sans aucun doute. Mais ce qui me blesse c’est de dire que depuis quand on a besoin d’être un génie pour pouvoir recevoir des compliments et le soutien de ses proches?

Some days ago, very enthousiaste, I send the link of my blog to a friend. She is talented for the photo and has much more experience than I thus I wish to have her opinion.

Coldly she makes me understand that my photos are not worth big thing. I ask her calmly how I can improve in spite of a plucking in the heart. Advice of the kind  » why you did not take the photo in this angle, change the structure of your photo  » rather orders and contempt than advices.

I don’t care that my photos are not a masterpiece, they will never be doubtless. But what hurts me the most it is to say since when we need to be a genius  to receive compliments and the support of our close relations?

From the window of my room

IMG_0547

IMG_0553

Sometimes, the bad weather can reserve you some surprises. As this photo which I took yesterday afternoon. A thundery shower cooled the city and plunges it into a foggy atmosphere. But the light of streetlights  is enough warm to bring a little of heat to the district.

Quelques fois, le mauvais temps peut vous réserver des surprises. Comme cette photo que j’ai prise hier après – midi. Une averse orageuse a refroidi la ville et la plonge dans un atmosphère brouillardeux. Mais la lumière des réverbères a été suffisamment chaude pour réchauffer le quartier.

Gaudi’s style

photo

This building of the 16th district reminds me the originality and the whim of Gaudi. Don’t you think?